Boutique Scribe > Livres

Rites & grades : Rite Français

Régulateur du Maçon (Le). Les grades symboliques du Rite Français - Histoire et textes fondateurs

Régulateur du Maçon (Le). Les grades symboliques du Rite Français - Histoire et textes fondateurs

a bien été ajouté à votre panier.

 

En stock

Prix : 28,00 € TTC

Quantité : Spin UpSpin Down

Commander

  • Image 1
Image 1

Informations

Auteur :
Pierre Mollier

Éditeur :
DERVY

Date de parution :
août 2018

EAN :
9791024202792

Format :
23 x 2,7 x 18 cm

Nombre de pages :
448

Poids :
1,12 kg

▶ Conférence Pierre Mollier à la GLNF le 17 janvier 2019

Au tout début du XIXe siècle, un curieux ouvrage paraissait sous le nom de Régulateur du Maçon. Cette publication imprimait en fait les rituels de la franc-maçonnerie tels que fixés par le Grand Orient de France au milieu des années 1780.
Celui-ci émit d’ailleurs de vives protestations et tenta de limiter l’audience du livre sacrilège. La vigueur même de la réaction est un indice sûr de l’importance du texte.
Ouverture et fermeture des travaux maçonniques, cérémonies de réception aux trois grades d’Apprenti, Compagnon et Maître, agapes rituelles… tous les mystères de l’Ordre y étaient décrits. C’est donc un document essentiel pour comprendre la franc-maçonnerie du siècle des Lumières et la nature profonde du travail des loges dans cette période fondatrice. D’autant que les sources du Régulateur le rattachent aux commencements mêmes de la franc-maçonnerie spéculative dans les années 1720 et, au delà, aux usages de la vieille maçonnerie d’Écosse.

Quoi de neuf dans la nouvelle édition du Régulateur ? par Pierre Mollier


Vingt-cinq ans après le début de ces recherches et presque quinze ans après la première édition de ce livre, dans quelle perspective s’inscrit cette deuxième édition ? Nous avons certes pu préciser ou enrichir quelques points mais, globalement, l’histoire du Régulateur elle-même n’a guère changée. Aucune découverte nouvelle ne nous a conduit à modifier significativement la chronique – parfois fastidieuse ! – de la fixation d’un rituel de référence par les Chambres du Grand Orient de France. De même, il n’y a pas vraiment d’éléments nouveaux sur les épisodes touchant à la diffusion du texte aux Loges, les débats sur l’impression, ou les réactions outragées à son édition « non autorisée » en 1803 par l’un des premiers marchands spécialisés en articles maçonniques.

En revanche, nous avons sensiblement amendé notre approche sur les sources et l’histoire des trois premiers grades du Rite Français avant sa fixation par le Grand Orient de France. À la suite de notre Maître, René Guilly, nous insistions sur la filiation entre les « Modernes » anglais et le Rite Français. Dès les années 1960, un des grands apports du travail de René Guilly avait été de montrer que les différences – les oppositions – entre « Modernes » et « Anciens » étaient la clef d’interprétation principale et la grille de lecture fondamentale pour comprendre tous les rituels du XVIIIe siècle (pour les grades symboliques). Cela reste globalement vrai… mais doit néanmoins être aujourd’hui nuancé, notamment à la suite des derniers développements de la recherche maçonnique britannique. Il y a un lien fort et incontestable avec les premiers rituels des Modernes élaborés par la Première Grande Loge dans les années 1720 et 1730, ceux, par exemple, que présente la divulgation Masonry dissected en 1730. Mais par la suite, surtout autour de 1760, les rituels des Modernes eux-mêmes vont évoluer et s’enrichir d’éléments… empruntés aux Anciens. Il est même probable qu’au début du XIXe siècle, peu avant l’« Union de 1813 », les deux traditions rituelles s’étaient beaucoup rapprochées. Si l’on peut toujours dire que le Rite Français est la version française du rite des Modernes… il faut préciser, des premiers Modernes.

Cette affirmation doit elle-même être complétée. En effet, si les Français ont gardé la structure de la Loge Moderne et la base des rituels et de l’instruction qui en découle… ils l’ont assez vite enrichie d’autres éléments symboliques ; donnant par là, dès le milieu du XVIIIe siècle, des caractères propres et une identité autonome au Rite Français. De même, comme nous avons essayé de le montrer par ailleurs, le XVIIIe siècle connaît de nombreuses variantes du Rite Français ; certaines marquées par une atmosphère incontestablement religieuse, d’autres au contraire assez sécularisées.

Aussi l’équation, souvent avancée, « esprit des Lumières – Rite des Modernes – Rite Français » est une belle formule… mais l’historien doit la considérer avec méfiance. Elle est sans doute vraie pour Le Régulateur, mais beaucoup plus sujette à caution pour d’autres versions du Rite Français. Ainsi le Corps complet – dont nous proposons maintenant un facsimilé des trois grades – un texte tout à fait représentatif de l’un de ses courants au XVIIIe siècle, et non des moindres, paraît bien peu marqué par l’esprit des Lumières ! Finalement, comme souvent en histoire, on doit éviter les analyses « essentialistes » qui assignent à l’objet d’étude – ici le Rite Français – des caractères intemporels et sortis de leurs contextes.

Dernière réflexion, notre regard sur Le Régulateur a lui-même évolué depuis nos premières recherches. À l’époque, nous le considérions comme le modèle par excellence du rituel du XVIIIe siècle. Une sorte de joyau – un diamant pur – de la tradition maçonnique française du siècle des Lumières. Aujourd’hui, avec vingt ans d’expérience dans l’étude des rituels, nous le considérons comme un texte intermédiaire. Il plonge certes ses racines dans le XVIIIe siècle et en est incontestablement un produit – le texte est adopté en 1785. Mais, par de nombreux points, il annonce aussi les rituels du XIXe siècle, notamment par ces commentaires moraux qui accompagnent plusieurs séquences des cérémonies et qui envahiront les textes maçonniques du XIXe siècle.

Plus complexe, Le Régulateur du Maçon n’en est que plus intéressant. Cette nouvelle approche lui donne une place encore plus centrale dans l’histoire de la franc-maçonnerie en France.

Pierre Mollier


Pierre Mollier est directeur du service Bibliothèque-Archives-Musée/Etudes et Recherches Maçonniques du Grand Orient de France et rédacteur en chef de la revue d'études maçonniques et symboliques Renaissance Traditionnelle. Il est l'auteur d'une cinquantaine d'articles sur l'histoire de la Franc-maçonnerie, de ses rites et de ses symboles, l'un des co-auteurs de Deux siècles de Rite Écossais Ancien Accepté (Dervy 2004). Auteur de nombreux ouvrages, il a aussi publié Les hauts grades du Rite Français ; Histoire et textes fondateurs, le Régulateur des Chevaliers Maçons.

Nous vous recommandons aussi :

Scribe est ouvert !

Les commandes de l'été sont traitées

SCRIBE, nos points de vente Nos points de vente

SCRIBE, qui sommes-nous ? Qui sommes-nous ?

SITE PARTENAIRE

Grande Loge Nationale FrançaiseGrande Loge Nationale Française

Facebook

Newsletter Newsletter

Soyez informé de toutes nos nouveautés, promos, évènements...

CNFI
Travaux Loge Villard de Honnecourt n° 115 - Le Rite Émulation, l'esprit d'un Rite
Abonnez vous aux Cahiers Villard de Honnecourt de l'année 2020
Manuel GLNF
Travaux Loge Villard de Honnecourt n° 114 - Sur les chemins d’Hiram
Transmettre #7 : les Rites - REAA Le manuscrit Francken de 1783
Travaux Loge Villard de Honnecourt n° 111
VDH Int'l #2
Cahiers Villard de Honnecourt n°105
Transmettre #6 : l'histoire - 300 ans de Maçonnerie britannique
Cahiers Villard de Honnecourt n°94
+ d'infos
+ d'infos
+ d'infos